Ganga – 2ème roman

Laissez-moi vous raconter l’histoire de ce deuxième bébé. En 2012, j’en posais les premières briques sur mon cahier à Orléans, je venais de terminer Les Larmes Rouges du Citron Vert. Pendant les corrections du premier, j’ai entamé une balade sur la planète Asie pour me rafraîchir les idées. J’ai alors commencé par comprendre que, malgré les maladresses de mon « aîné », j’y avais déversé beaucoup, beaucoup de ce que je suis, de ce que j’ai vampirisé alentour, de mes vies d’alors et de mes vies passées. En somme j’étais vidée.
Les six mois durant lesquels j’ai erré entre l’Inde, le Népal, Bali, la Thaïlande ne m’ont évidemment pas laissée indemne. Personne ne rentre d’Asie, sans y avoir découvert de nouveaux horizons spirituels, professionnels, culturels… En Inde, la claque, la violence, la spiritualité. Au Népal, le titre du futur roman à naître. À Bali, les personnages et le début de l’intrigue.
ganga-couv
Puis, je suis restée plusieurs semaines enfermée dans une très belle maison du Finistère et j’ai enfin commencé à rédiger. Il m’a fallu près de deux ans au cours desquels j’ai encore foulé le sol des Etats-Unis, d’Algérie puis du Brésil (j’adore qu’il n’y ait aucun lien entre les destinations!) pour parvenir au point final. J’ai également passé de nombreux mois attablée dans un petit village médiéval du Gers où mon quotidien se partageait entre deux tréteaux, un tableau sur contreplaqué marine, un réchaud pour le café et des champs de tournesols pour respirer.
En juillet 2015, j’ai savamment préparé mes colis, imprimant et postant les manuscrits aux grandes maisons. Les réponses ont tardé ; elles se sont toutes révélées identiques « malgré tout l’intérêt que présente votre manuscrit….. au regret de… blablabla ». Dans le même temps, mon comité de lecture personnel composé d’un bloggueur littéraire, d’une libraire et d’un organisateur de festival de polar m’assurait qu’il avait tout du best seller. Par souci de confirmation, on m’opposait que le premier qui avait pourtant bien marché, était loin du niveau de celui-ci. En même temps, une éditrice d’une grande maison en non-fiction m’assurait encore qu’elle l’avait dévoré, qu’elle le transmettait à ses copines d’autres maisons… mais plus de nouvelle là non plus… Bref tout m’encourageait à attendre patiemment qu’il trouve sa place dans un catalogue.
En parallèle, l’aventure Bleu Blanc Zèbre avec Alexandre Jardin m’emmenait sur des chemins de traverse tourbillonnants, troublants, saperlippopants. Et au printemps 2016, je rencontrai encore un nouvel univers. L’édition Indépendante. Pour des tas de raisons, je m’y suis reconnue. Ils m’ont soutenue, aidée à en comprendre les rouages et donné les premières pistes à suivre. Voici le résultat : Ganga.
Il y a sans doute encore des maladresses dans ces pages, mais un auteur pourrait réécrire à l’infini son texte. Il fallait que je coupe le cordon. Je vous laisse lui attribuer les étiquettes polar, thriller, fantastique… que vous voudrez, je vous ai raconté une histoire, je vous l’offre tout entière.
Je vous parlerai bientôt du choix d’Amazon pour la publication en exclusivité de la version numérique et de YakaBooks, la maison d’édition qui éditera des livres pour tous. Mais chaque chose en son temps.
Disponible ici en exclusivité numérique ici
Il y a de la magie dans la vie…. Merci !
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s