Chiang Mai – Koh Lanta, douce Thaïlande !

Lucie dans l'avion entre Chiang Mai et Koh Lanta en ThaïlandeComme presque à chaque fois que je décide de bouger d’un endroit vers un autre, c’est par une idée fixe au réveil hier matin que j’ai donné une nouvelle orientation à ma découverte de la Thaïlande. Bye Bye Chiang Mai, bonjour Koh Lanta !

J’avais besoin d’espace, d’air et d’iode. Et, je crois que je me suis tout à coup rendue compte que mon voyage s’achevait bientôt – certes jusqu’au prochain mais tout de même – et il n’était pas question que je parte du pays du sourire sans en avoir vu ne serait-ce qu’une île paradisiaque. Deux avions plus tard et une escale à Bangkok – c’est la troisième fois que j’y passe sans jamais m’y arrêter – je me suis retrouvée en pleine nuit à Krabi Town. Pour rejoindre les îles de la côte sud-ouest de la Thaïlande il y a deux portes d’entrée aériennes : Phuket ou Krabi. Comme je préférais me diriger vers les îles du sud, et notamment vers Koh Lanta c’est pour Krabi que j’ai opté, plus proche de quelques kilomètres que Phuket.

Comme toujours je n’avais évidemment pas réservé de chambre, pensant « adviendra que pourra. » J’ai donc hoché de la tête positivement quand le chauffeur de bus m’a déposée devant la porte d’un bungalow – sûrement commissionné – mais que faire ? Il était 21h, je n’avais pas ni la tête ni le cœur à chercher, comparer, négocier. J’ai dit ok, ça ira pour une nuit, demain est un autre jour.

Autant vous dire que je n’ai guère dormi, trop excitée à l’idée de cette nouvelle étape de mon voyage, trop tendue par les bruits et les étranges énergies de la chambre. Heureusement, avec le décalage horaire, nombre d’entres vous étaient connectés et ça m’a permis de patienter que le jour se lève. Vive les réseaux sociaux, vive internet. J’ai également profité de cette nuit sans sommeil pour étudier ma prochaine destination : transport, hébergement, activités… Difficile de trouver un vrai site qui tienne la route et qui donne de bonne infos. De guère lasse j’ai simplement conclu que j’irai à Koh Lanta et que je demanderai au chauffeur de la navette de me déposer au niveau de la plage des Backpackers. J’y trouverais probablement une guest house pas trop chère et une ambiance sympa. De là, je pourrais décider de rester ou de bouger.

Dans chaque destination touristique il y a un quartier, une plage, un lieu où les voyageurs ont coutume de se retrouver. C’est généralement un bon point de départ pour explorer la ville ou la région. On y rencontre souvent plein de gens sympas, toujours prêts à divulguer leurs précieux conseils, leurs retours d’expériences et leurs secrets. Et, quand on débarque ça n’a pas de prix.

Alors que la veille on m’avait annoncé que les navettes partaient à 7h et que j’étais prête à 6h45 et bien il m’a fallu patienter 8h15 soit 1h30 pour qu’enfin le van s’arrête et m’emmène. Grand soleil, le moral au beau fixe, un peu stone par le manque de sommeil mais heureuse à l’idée de partir à la conquête de Koh Lanta… 2h30 de van congelée par la climatisation (toujours prévoir un pull dans son sac à dos ! Well done Lucie), un voyage sous la pluie battante, deux minis traversées de cinq min chacune et quelques minutes de sommeil plus tard me voilà débarquée à Klong Kong Beach. En juillet et en août les conditions climatiques sont trop incertaines pour faire le voyage en bateau depuis Krabi, on passe donc par la route.

Bref, me voilà arrivée à Koh Lanta. Première impression, rien à voir avec les décors vendus par TF1 – je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi ils ont appelé cette émission Koh Lanta ! Mystère et boule gomme. Je déambule sur un chemin terreux encore détrempé par l’averse tropicale matinale pour me retrouver sur une plage déserte. Déserte oui, mais rien de paradisiaque. Plutôt décors de train fantôme abandonné, genre d’arrivée au petit jour après la fête… Personne, les hôtels et les restos qui se succèdent sur le bord de mer n’ont aucun client. Non vraiment personne. Le ciel est gris, l’eau tiède mais trouble, les baraques à touristes abandonnées et les ordures jonchent le sol. Mais où suis-je tombée bordel ?!

Après deux kilomètres de déambulation vaine sur le sable encore humide, engoncée dans mes sacs, je finis par décider de me rendre vers le côté de l’île où logent les touristes fortunés, vers les resorts plus classieux, en espérant de trouver chambre à louer. Heureusement il est tôt, au pire j’ai encore toute la journée pour trouver où dormir. Je finis par trouver un taxi qui me plume manifestement et sans vergogne, c’est aussi le jeu quand on débarque quelque part, on se fait toujours plumer au début. Dans le taxi je regarde mes sacs et je prends conscience qu’il y a là toute ma vie…

Toute ma vie est là dans mes sacs à dos

Puis je reprends doucement une nouvelle marche sur la plage. Le décor est déjà moins délabré mais tout aussi lugubre. Visiblement, en haute saison, les touristes affluent, c’est en tout cas ce que la quantité d’infrastructures laisse penser. Mais là, personne.

Je finis par apercevoir un couple prenant son petit déj à la terrasse d’un resto, ouf des gens ! Je m’approche et demande un café. La patronne, tout sourire, m’invite à m’asseoir, à reprendre mes esprits, et à poser mes sacs.

Elle apporte le café qu’elle a gentiment accompagné d’un petit déjeuner complet, persuadée que je dois avoir faim après cette longue marche. Je dois avoir une sale tête ! L’attention me touche, elle n’était pas obligée et les bananes et les toasts qui trônent sur la table ont le goût d’une première gorgée d’eau au milieu du désert. Elle me dit que si je le souhaite ils ont quelques bungalows mais me rassure, surtout « ne vous sentez pas obligée. Mettez vous à l’aise, restez aussi longtemps qu’il vous plaira. Si ça vous convient nous seront ravis de vous avoir, sinon j’espère que vous trouverez ce que vous cherchez. » Un ange tombé du ciel.

Elle m’invite à visiter – c’est canon ! – et m’offre un prix défiant toute concurrence, m’expliquant qu’ils sont en basse saison et que je peux rester aussi longtemps que je le souhaite, une nuit, deux ou un mois. A moi de voir.

Koh LANTA

Et, en même temps, le soleil s’est déployé sur la baie. Je pose enfin mon sac à dos ! ouf ! Je prends un bain de mer – vous voyez la sensation, vous êtes mouillé mais vous n’avez pas froid, car l’eau est plus chaude que l’air, qui doit déjà être à plus de 30° – le sable fin se glisse entre mes orteils, et il n’y a toujours personne. Sauf que là, je ne vois plus cela comme lugubre mais comme le paradis désertique que je cherchais.

Dans la matinée, j’avais fini par implorer mon étoile de me conduire vers le paradis que j’étais venu chercher… Elle a pris son temps mais m’y a mené. Là, je regarde le soleil se mourir doucement dans la mer d’Andaman, éperdument heureuse d’être ici et d’être en vie.

Merci encore à l’univers et à la vie de m’offrir la chance de vivre de pareils instants de bonheur. Merci.

PS : Non, mais sérieux, regardez-moi cette palette de couleurs se décliner au rythme des vagues qui si meurent sur la grève. Comme ils disent au Québec, franchement ça a de l’allure !

IMG_1383

coucher de soleil à Koh Lanta 2

Publicités

9 réflexions sur “Chiang Mai – Koh Lanta, douce Thaïlande !

    1. Merci Gaëlle, je n’écris pas assez souvent ici mais… j’adore partager ce que je vis 🙂 et si vous prenez du plaisir en me lisant tout le monde est content! Il y aura encore probablement un ou deux articles encore avant de rentrer et puis… j’ouvrirais la page sur un nouveau voyage!

    2. Olivia Legrand

      Merci pour tes aventures qui ne sont parfois pas très rassurantes ! Heureusement que tu tombes sur des gens sympas.
      Profite bien de ce nouveau paradis.
      Gros bisous et à très bientôt.
      Ah tiens, au fait, c’est une fille !!!
      Bisous, bisous !

  1. Karine

    Tu me fais tant rêver! C’est bon de te lire! J’ai l’impression de t’entendre! Merci pour ce partage, cela m’aide à patienter!!!! Carpe Diem mon amie…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s